Hélice à main

Voici un petit projet sur bois qui permettra de construire un jouet pour enfant très esthétique : une hélice à propulser à la main. L’idée est de s’inspirer de ce type de jouet mais de le réaliser le plus proche d’une forme historique d’hélice et dans un matériau plus esthétique.

Je commence d’abord par découper grossièrement une lamelle de bois dans une chute de plan de travail en hêtre à la scie sauteuse. Je choisis ainsi un bois dur qui me permettra de créer un objet petit et détaillé sans être fragile. Dimensions d’environ 200mmx30mmx20mm.

Je choisis ensuite sur internet une image assez jolie d’une forme d’hélice dite « Ratier série 34 ». Pour l’histoire, les établissements Ratier sont aujourd’hui un des leaders des équipementiers aéronautiques et continuent la production d’hélice notamment. La série 34 est la plus longue série fabriquée par ces ateliers, la production s’étalant entre 1917 et 1927, et a notamment fait voler des biplans Bréguet XIV pendant la première guerre mondiale. Je reproduis par symétrie un schéma de dessus selon le centre, je l’imprime et le colle à la colle à l’eau sur la lamelle de hêtre.

Avant de passer le profil à la scie à chantourner, je profite de toute la largeur du bois pour percer le trou central dans lequel on viendra insérer une baguette. Le trou est percé ainsi en profitant de toute la solidité de la lamelle. Je perce ce trou en augmentant progressivement la taille des forets. En effet, la position de ce trou est critique pour le bon équilibre de l’hélice en vol.

Le réalisme s’arrête là, car l’épaisseur du profil est travaillée approximativement. Je ne respecte que grossièrement la forme et le pas de l’hélice. Si je disposais des bonnes mesures, des sortes de couples tout le long de l’hélice, je ne vois même pas de technique qui me permettrait de les reproduire sur ma lamelle de bois. Je travaille donc en deux parties.

  • Pour la partie inférieure, je me sers d’une cale à poncer en donnant un petit angle sur ma lamelle coincée dans l’étau.
  • Pour la partie supérieure, je dégrossis à la Dremel munie d’une petite fraise et je finis au papier de verre fin dans le creux de la main pour garder un aspect arrondi.

Pour finir l’hélice, j’ai remarqué qu’il fallait affiner l’équilibrage initial perturbé par les multiples ponçages/fraisages. Pour cela, je met l’hélice en équilibre sur l’axe d’un tournevis et repère le côté le plus lourd. Sur ce côté, j’applique quelques allers-retours de papier verre grain 180 et je reteste sur le tournevis jusqu’à équilibrage parfait.

J’insère ensuite un touron en bois. Curieusement, j’observe une très bonne stabilité de l’ensemble quand la longueur de la baguette est égale à l’envergure de l’hélice. Trop court et l’hélice n’est pas stable. Trop long et la baguette alourdit l’ensemble. Enfin, le touron est collé dans l’hélice et l’ensemble passé au vitrificateur bois – aspect brillant en 3 couches.

Les premiers essais sont très satisfaisants. Si je donne une légère impulsion vers le haut au moment de le lancer, il monte aisément à 4-5 mètres. Mais il est tout de même un peu lourd et encombrant pour des mains d’enfant. Pour m’amuser un peu, je le monte sur la perceuse et le fait tourner à grande vitesse (avec port de lunette de protection !) : le souffle généré est très impressionnant ! Il donne envie d’être monté sur un avion de modélisme !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.